biographie john wayne

Icône Américaine -

Biographie de John Wayne

Parmi les légendes américaines, l’acteur US qui nous intéresse ici, figure parmi les plus grands monstres sacrés du cinéma américain.

Vous avez déjà entendu ce nom mythique résonner, mais vous aimeriez en savoir davantage ? Vous avez déjà entendu les noms les plus légendaires de ces films mais vous souhaiteriez enfin connaître les anecdotes de tournages et autres histoires inédites de ces chefs d’œuvres du 7ème art ?

Vous aimez l’action, les westerns, et les hommes charismatiques ? Cet article va parfaitement vous éclairer à son sujet, et vous révéler des secrets encore bien gardés. Alliant virilité et charisme cet acteur et réalisateur de renom à jouit d’une histoire dont le parcours a été jonché de succès, mais également de péripéties incongrues.

Quelle est la filmographie de John Wayne ? Quelles épouses célèbres John Wayne a-t-il marié au cours de sa vie ? Quelles ont été les plus grandes réussites de sa vie ?

Toutes ces réponses vous attendent dans la lecture de cet article, et bien davantage encore.

Let’s go ! 

John Wayne était l'un des acteurs de cinéma les plus populaires du XXe siècle, connu notamment, pour ses rôles dans des films tels que, "True Grit", et "Alamo".

Qui est John Wayne ?

qui est john wayne

John Wayne, alias Duke, nom d'origine Marion Robert Morrison (certaines sources le mentionnent également sous les noms de Marion Michael Morrison, et Marion Mitchell Morrison) (né le 26 mai 1907 à Winterset, Iowa, États-Unis - mort le 11 juin 1979 à Los Angeles, Californie), acteur de cinéma américain majeur qui a incarné l'image du cow-boy ou du soldat fort et taciturne et qui, à bien des égards, a personnifié les valeurs américaines idéalisées de son époque. Il s’agit là d'un des acteurs de cinéma les plus populaires du 20e siècle, Wayne reste à ce jour une icône du cinéma américain. 

Voici quelques-unes des étapes principales de sa carrière, sur lesquelles nous reviendrons et détaillerons plus loin :

  • L'acteur John Wayne a obtenu son premier rôle principal au cinéma dans La Grande Traînée (1930).
  • C'est en travaillant avec John Ford, cinéaste de renom, qu'il a connu son premier grand succès dans Stagecoach (1939).
  • Sa carrière d'acteur a fait un nouveau bond en avant lorsqu'il a travaillé avec le réalisateur Howard Hawks dans Red River (1948).
  • Wayne remporte son premier Oscar en 1969 pour son rôle dans True Grit.  

Les Début de la Vie de John Wayne

 john wayne jeune

Marion Morrison était le fils d'un pharmacien de l'Iowa ; L'aîné des deux enfants nés de Clyde et Mary "Molly" Morrison, Wayne déménage à Lancester, en Californie, vers l'âge de sept ans. La famille déménage à nouveau quelques années plus tard après que Clyde ait échoué dans sa tentative de devenir fermier.

Il a acquis le surnom de "Duke" pendant sa jeunesse et s'est fait appeler Duke Morrison pour l'un de ses premiers films. En 1925, il s'inscrit à l'Université de Californie du Sud (Los Angeles), où il joue au football. Il travaille l'été à la Fox Film Corporation en tant qu'assistant et se lie d'amitié avec le réalisateur John Ford, qui lui confie quelques petits rôles dans des films à partir de 1928.

Son premier rôle principal - et sa première apparition en tant que "John Wayne" - a lieu dans The Big Trail (1930) du réalisateur Raoul Walsh.

Au cours des huit années suivantes, Wayne a joué dans plus de 60 films à petit budget, principalement dans des rôles :

  • De cow-boys,
  • De soldats et
  • D’autres hommes d'aventures.

Il atteint une véritable stature de star lorsque Ford lui confie le rôle du Ringo Kid dans le western classique Stagecoach (1939). Après ce film, sa place dans le cinéma américain s'est établie et a grandi d'année en année. The Long Voyage Home (1940) de Ford, un film basé sur plusieurs pièces en un acte d'Eugene O'Neill, présente l'une des performances les plus appréciées de Wayne depuis ses premières années de célébrité et offre une preuve supplémentaire de sa présence imposante à l'écran. 

S'installant à Glendale, Californie, Wayne reçoit son surnom distinctif "Duke" alors qu'il vit là-bas. Il avait un chien de ce nom, et il passait tellement de temps avec son animal qu'on les appelait "Little Duke" et "Big Duke", selon le site officiel de John Wayne.

Au lycée, Wayne excellait dans ses cours et dans de nombreuses activités, notamment le gouvernement étudiant et le football. Il a également participé à de nombreuses productions théâtrales étudiantes.

Ayant obtenu une bourse de football pour l'université de Californie du Sud, Wayne entre à l'université à l'automne 1925. Il rejoint la fraternité Sigma Chi et continue à être un bon étudiant. Malheureusement, après deux ans, une blessure l'éloigne du terrain de football et met fin à sa bourse. Pendant qu'il était à l'université, Wayne avait travaillé comme figurant au cinéma, apparaissant comme joueur de football dans Brown of Harvard (1926) et Drop Kick (1927). 

Les Prémisses d’une Légende du Cinéma Américain 

john wayne legende cinema usa

En dehors de l'école, Wayne travaille comme figurant et accessoiriste dans l'industrie cinématographique. Il rencontre pour la première fois le réalisateur John Ford alors qu'il travaille comme figurant sur Mother Machree (1928). Avec The Big Trail (1930), Wayne obtient son premier rôle principal, grâce au réalisateur Raoul Walsh. On attribue souvent à Walsh le mérite de l'avoir aidé à créer son nom d'écran désormais légendaire, John Wayne. Malheureusement, ce western est un échec au box-office. 

Pendant près d'une décennie, Wayne a peiné dans de nombreux films de série B, principalement des westerns, pour différents studios. Il a même joué un cow-boy chanteur nommé Sandy Saunders parmi ses nombreux rôles. Pendant cette période, cependant, Wayne commence à développer son personnage d'homme d'action, qui servira de base à de nombreux personnages populaires par la suite.

C'est en travaillant avec Ford qu'il obtient son premier grand succès dans Stagecoach (1939). Wayne y incarne le Ringo Kid, un hors-la-loi en fuite qui rejoint un assortiment inhabituel de personnages dans un dangereux voyage à travers les terres frontalières. Au cours du voyage, le Kid tombe amoureux d'une prostituée de dancing nommée Dallas (Claire Trevor). Le film a été bien accueilli par les cinéphiles et les critiques et a obtenu sept nominations aux Oscars, dont une pour la réalisation de Ford. Au final, il remporte les prix de la musique et de l'acteur dans un second rôle pour Thomas Mitchell.

Du Western aux Films de Romance, d’Actions et d’Aventures

long voyage home john wayne

Réunissant Ford et Mitchell, Wayne s'éloigne de ses rôles habituels de western pour devenir un marin suédois dans The Long Voyage Home (1940). Le film, adapté d'une pièce de Eugene O'Neill, suit l'équipage d'un bateau à vapeur qui transporte une cargaison d'explosifs. En plus des nombreuses critiques positives, le film a obtenu plusieurs nominations aux Oscars. 

À cette époque, Wayne tourne le premier de plusieurs films avec l'actrice allemande et célèbre sex-symbol Marlene Dietrich. Ils apparaissent ensemble dans Seven Sinners (1940), où Wayne joue le rôle d'un officier de marine et Dietrich celui d'une femme qui cherche à le séduire. En dehors de l'écran, ils ont une relation amoureuse, bien que Wayne soit marié à l'époque à Joséphine Wayne. Des rumeurs font état d'autres aventures de Wayne, mais rien d'aussi important que sa relation avec Dietrich. Même après la fin de leur relation physique, les deux légendes du cinéma restent en bons termes et partagent la vedette dans deux autres films, Pittsburgh (1942) et The Spoilers (1942). 

John Wayne : Héro également de Films d’Actions

flying tigers john wayne

On se demande si Wayne a délibérément évité le service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, mais il semble que ses tentatives d'enrôlement dans la marine aient été rejetées en raison de son âge, d'une ancienne blessure de football et d'une directive du gouvernement fédéral demandant aux comités d'appel d'offres de ménager les acteurs dont les talents pouvaient servir à remonter le moral des troupes.

Il passe les années de guerre à divertir les troupes à l'étranger et à réaliser des films tels que :

  • Les populaires aventures d'action Flying Tigers (1942),
  • The Fighting Seabees (1944),
  • They Were Expendable (1945) et
  • Back to Bataan (1945), qui mettent tous en scène Wayne dans des rôles de combattants typiquement américains qui surmontent de grandes difficultés.

Il apparaît également durant cette période dans des mélodrames tels que :

  • The Spoilers (1942) et
  • Flame of Barbary Coast (1945).

À la fin de la guerre, Wayne est fermement établi comme l'une des plus grandes stars d'Hollywood.

Wayne commence à travailler dans les coulisses en tant que producteur à la fin des années 1940. Le premier film qu'il produit est Angel and the Badman (1947). Au fil des ans, il a dirigé plusieurs sociétés de production différentes, dont John Wayne Productions, Wayne-Fellows Productions et Batjac Productions. 

Retour de Wayne dans le Style du Far Ouest Américain

rio grande john wayne

L'image de Wayne à l'écran a été définitivement définie dans les nombreux films classiques qu'il a tournés avec les réalisateurs Ford et Howard Hawks pendant les années d'après-guerre et au début des années 1960.

Pour Ford, Wayne a joué dans ce que l'on a appelé la "trilogie de la cavalerie" :

  • Fort Apache (1948),
  • She Wore a Yellow Ribbon (1949) et
  • Rio Grande (1950), trois films élégiaques dans lesquels Wayne incarne des officiers de cavalerie stoïques du Far West.

Les rôles de Wayne dans ces films et dans d'autres films de Ford offrent une représentation fidèle du personnage américain dans la mesure où ils font preuve d'un patriotisme indéfectible. 

La carrière de Wayne en tant qu'acteur fait un nouveau bond en avant lorsqu'il travaille avec le réalisateur Howard Hawks dans Rivière Rouge (1948). Ce drame western donne à Wayne l'occasion de montrer ses talents d'acteur, et pas seulement de héros d'action.

Dans le rôle de l'éleveur de bétail Tom Dunson, il incarne un personnage plus sombre. Il gère habilement la lente déchéance de son personnage et sa relation difficile avec son fils adoptif joué par Montgomery Clift. C'est également à cette époque que Wayne reçoit des éloges pour son travail dans Fort Apache (1948) de Ford, avec Henry Fonda et Shirley Temple.

Les collaborations d'Howard Hawks avec Wayne sont moins iconoclastes que celles de Ford, mais pas moins vénérées. Rivière Rouge (1948), autre candidat au titre de plus grand western de tous les temps, met en scène Wayne dans le rôle d'un baron de l'élevage autocratique et monomaniaque, en désaccord avec le jeune orphelin qu'il a élevé (incarné à l'âge adulte par Montgomery Clift dans son premier rôle à l'écran) et les valeurs modernes qu'il représente.

riviere rouge john wayne

Délaissant temporairement le genre du far ouest américain, et s'attaquant à un drame de guerre, Wayne offre une solide performance dans Les Sables d'Iwo Jima (1949), dans lequel son interprétation d'un sergent de marine intransigeant lui vaut sa première nomination à l'Oscar du meilleur acteur.

Il apparaît également dans deux autres westerns de Ford considérés aujourd'hui comme des classiques :

  • She Wore a Yellow Ribbon (1949) une magistrale œuvre du cinéma américain
she wore a yellow ribbon john wayne
  • Et Rio Grande (1950), long métrage à succès, un des classiques du cinéma US, avec Maureen O'Hara.
  • Hondo (1953), peut-être le seul western classique filmé en 3D ; 

À cette même période, et en parallèle de ses nombreux rôles dans des films de style western américain, Wayne a travaillé avec O'Hara sur plusieurs films, notamment L'Homme tranquille (1952), un chef d'œuvre cinématographique. Jouant un boxeur américain à la mauvaise réputation, son personnage s'installe en Irlande où il tombe amoureux d'une femme locale (O'Hara). Ce film est considéré par de nombreux critiques comme le premier rôle romantique le plus convaincant de Wayne.

L’implication Politique de John Wayne

john wayne patriote americain

Délaissons pour un court instant la filmographie de John Wayne pour aborder brièvement son engagement politique. Conservateur et anticommuniste bien connu, Wayne fusionne ses convictions personnelles et sa vie professionnelle dans le film Big Jim McLain de 1952. Il y joue le rôle d'un enquêteur travaillant pour la Commission des activités anti-américaines de la Chambre des représentants des États-Unis, qui s'efforce de débusquer les communistes dans tous les aspects de la vie publique. En dehors de l'écran, Wayne a joué un rôle de premier plan dans la Motion Picture Alliance for the Preservation of American Ideals et en a même été le président pendant un certain temps. Cette organisation était un groupe de conservateurs qui voulaient empêcher les communistes de travailler dans l'industrie cinématographique. Parmi les autres membres figuraient Gary Cooper et Ronald Reagan. 

Suite de la Filmographie de John Wayne

la prisonniere du desert john wayne

En 1956, Wayne joue dans un autre western de Ford, The Searchers, un des films avec John Wayne qui a défrayé le plus la chronique, et dans lequel ce dernier a à nouveau fait preuve d'un certain talent dramatique dans le rôle d'Ethan Edwards, un vétéran de la guerre civile à la moralité douteuse.

Ce film est considéré par certains comme le plus grand western jamais réalisé. Dans ce film, le personnage de Wayne poursuit un objectif noble (sauver sa nièce kidnappée d'un chef comanche renégat), mais son comportement obsessionnel et sa bigoterie flagrante le révèlent aussi fou qu'héroïque.

Wayne ne travaillera plus avec Hawks jusqu'à Rio Bravo (1959), un monument de l'histoire du cinéma, et un film né du mécontentement de Hawks et de Wayne face à la popularité de High Noon (1952), le western de Gary Cooper dans lequel les citoyens d'une communauté de l'Ouest sont dépeints comme faibles et lâches lorsque leur shérif leur demande de l'aide pour former un détachement. À l'inverse, le shérif incarné par Wayne dans Rio Bravo est déterminé à faire son devoir, avec ou sans l'aide de personne. Le personnage de Wayne doit affronter un puissant éleveur et ses sbires qui veulent libérer son frère emprisonné. La distribution inhabituelle comprenait Dean Martin et Angie Dickinson.

rio bravo john wayne

Bien qu'accueilli par des critiques mitigées à sa sortie, Rio Bravo est aujourd'hui considéré comme un classique du western.

L'exploration par Ford des dessous sombres des légendes du Far West culmine dans L'homme qui tua Liberty Valance (1962), un film qui remet en question et justifie à la fois la philosophie "quand la vérité interfère avec la légende, imprimez la légende" des journalistes de l'Ouest américain du XIXe siècle.

Dans l'ensemble, les films de Ford-Wayne présentent un vieil Ouest rendu obsolète par la société même qu'il a contribué à créer. Wayne a également joué dans des films pour Ford qui n'étaient pas des westerns, notamment dans des films marquants comme L'homme tranquille (1952) et Donovan's Reef (1963).

Hawks et Wayne ont refait essentiellement la même histoire deux fois, dans El Dorado (1967) et dans Rio Lobo (1970), le dernier film de Hawks.

Tout en continuant sa carrière d’acteur, Wayne fait en parallèle ses débuts de réalisateur avec The Alamo (1960). Jouant le rôle de Davy Crockett dans ce film, il reçoit des critiques mitigées pour ses efforts à l'écran et hors écran.

Wayne reçoit un accueil beaucoup plus chaleureux pour : L'homme qui tua Liberty Valance (1962) avec Jimmy Stewart et Lee Marvin et réalisé par Ford.

Parmi les autres films notables de cette période, citons :

  • The Longest Day (1962) et
  • How the West Was Won (1962).

Continuant à travailler régulièrement, Wayne refuse même de laisser la maladie le ralentir. Il se bat avec succès contre un cancer du poumon en 1964. Pour vaincre la maladie, Wayne doit se faire enlever un poumon et plusieurs côtes.

Dans la dernière partie des années 1960, Wayne connaît de grands succès.

mclintock john wayne

  • McLintock ! (1963), une farce western burlesque qui fut sa seule comédie à succès.
  • In Harm's Way (1965), deux épopées de la Seconde Guerre mondiale qui ont connu un énorme succès.

Il partage l'affiche avec Robert Mitchum dans El Dorado (1967), qui est bien accueilli. L'année suivante, Wayne mélange à nouveau le professionnel et le politique avec le film pro-guerre du Vietnam Les Bérets verts (1968). Il réalise, produit et joue dans le film, qui est raillé par la critique pour sa lourdeur et ses clichés. Considéré par beaucoup comme une œuvre de propagande, le film a tout de même bien marché au box-office. 

À cette époque, Wayne continue d'épouser ses opinions politiques conservatrices. Il soutient l'ami Reagan dans sa candidature au poste de gouverneur de Californie en 1966, ainsi que dans sa tentative de réélection en 1970. En 1976, Wayne enregistre des publicités radio pour la première tentative de Reagan de devenir le candidat républicain à la présidence. 

Wayne remporte son premier Oscar du meilleur acteur pour True Grit (1969). Il jouait le rôle de Rooster Cogburn, un ivrogne et homme de loi qui aide une jeune femme nommée Mattie (Kim Darby) à retrouver l'assassin de son père. Le jeune Glen Campbell s'est joint au duo dans leur mission. Pour compléter le casting, Robert Duvall et Dennis Hopper font partie des méchants que le trio doit vaincre. Une suite ultérieure avec Katharine Hepburn, Rooster Cogburn (1975), n'a pas réussi à attirer la critique ni un grand nombre de spectateurs.

Mort de John Wayne et Héritage

mort john wayne

Wayne incarne un pistolero vieillissant qui meurt d'un cancer dans son dernier film, The Shootist (1976), avec Jimmy Stewart et Lauren Bacall. Son personnage, John Bernard Books, espérait passer ses derniers jours en paix, mais il s'est impliqué dans une dernière fusillade. En 1978, la vie imite l'art et on diagnostique chez Wayne un cancer de l'estomac.

Wayne meurt le 11 juin 1979, à Los Angeles, en Californie. Il laisse dans le deuil ses sept enfants issus de deux de ses trois mariages. Pendant son mariage avec Josephine Saenz, de 1933 à 1945, le couple a eu quatre enfants, deux filles Antonia et Melinda et deux fils Michael et Patrick. Michael et Patrick ont tous deux suivi les traces de leur père, Michael en tant que producteur et Patrick en tant qu'acteur. Avec sa troisième épouse, Pilar Palette, il a eu trois autres enfants, Ethan, Aissa et Marisa. Ethan a travaillé comme acteur au fil des ans.

Peu avant sa mort, le Congrès américain a approuvé une médaille d'or du Congrès pour Wayne. Elle a été remise à sa famille en 1980. Le même mois que le décès de Wayne, l'aéroport du comté d'Orange a été renommé en son honneur. Il a ensuite figuré sur un timbre-poste en 1990, puis en 2004, et a été intronisé au California Hall of Fame en 2007.

En l'honneur de son action caritative dans la lutte contre le cancer, les enfants de Wayne ont créé la John Wayne Cancer Foundation en 1985. L'organisation apporte son soutien à de nombreux programmes liés au cancer et au John Wayne Cancer Institute du Saint John's Health Center à Santa Monica, en Californie.

Le dernier film de Wayne, The Shootist (1976), dans lequel il incarne un pistolero vieillissant qui se meurt d'un cancer, a été salué par beaucoup comme son meilleur western depuis Rio Bravo. Ce rôle était un adieu poignant à l'écran pour un acteur qui devait lui-même succomber à un cancer trois ans plus tard.

Soyez charismatique comme John Wayne, et arborez un Puissant Style Américain

Tout au long de sa carrière, Wayne a essuyé les critiques de ceux qui mettaient en doute sa polyvalence en tant qu'acteur. Sa capacité à transmettre une tendresse tranquille et à incarner des personnages complexes à plusieurs niveaux, comme dans La rivière rouge et The Searchers, a souvent été négligée. Wayne lui-même a également fait l'objet de controverses : sa politique de droite franche était admirée par les conservateurs mais tournée en dérision par les libéraux qui la considéraient comme naïvement chauvine. En dépit de ses opinions politiques, il est considéré comme une grande icône du cinéma américain et, pour certains, comme la plus grande star hollywoodienne de tous les temps. Il a reçu à titre posthume la Congressional Gold Medal et la Presidential Medal of Freedom.

Vous aussi, munissez-vous d’une de nos ceintures cowboys américaines, et développez encore davantage votre aura et votre charisme, à l’image du légendaire et mythique John Wayne, un puissant symbole représentatif de l’Amérique, en portant nos magnifiques Ceintures Cowboys :

ceintures cowboys